Jimm

Nicolas Jim Antoine aka Jimm est né en mai 1977 à Lesquin dans le Nord. Comme de nombreux génies, dans son enfance il ne développe aucun don pour le dessin, pire ça ne l’intéresse absolument pas. Jusqu’au jour de ses 10 ans où son père lui cède sa vieille collection de journaux «Pilote». Ce fût la révélation, c’est à ce moment précis qu’il a découvert un vif intérêt pour la bande dessinée. Un peu plus tard, lors des passages de Cabu dans l’émission du Club Dorothée, Jimm a découvert la passion du dessin. Recopiant les œuvres au même rythme des diffusions télévisées. Très vite il fût diagnostiqué Daltonien, pas de bol pour lui, déjà qu’il était gaucher… Jimm se disait que de toute façon Gotlib dessinait bien en noir et blanc alors pourquoi pas lui. Les années ont passé et il a dessinée encore et encore, se forgeant son style et son trait. Il publiait quelques dessins dans des journaux amateurs, réalisait quelques illustrations pour faire plaisir aux copains et aux collègues. En décembre 2000, son service militaire achevé c’est la quille. Il s’installe à Bar le Duc où il rencontre Cabu en 2009. Jimm lui montre timidement ses dessins et Cabu le gratifie d’un « C’est bien ça, il faut travailler ce personnage ! »

En 2010 il rencontre François Boucq dans son atelier lillois. Ce sera l’élément déclencheur de Jimm. C’est grâce à François Boucq qu’il décide de tout mettre en œuvre pour se faire une place, même petite, dans le monde de la bande dessinée. Il crée son propre blog et son personnage aux trois poils sur le caillou. « Je voulais créer un Jimm, un autre moi, un Jimm qui pourrait avoir la vie que je ne peux pas forcément mener… » Ainsi le Jim dessiné commence à prendre forme sous des traits encore très hésitants. Il rejoint vite le collectif des Lézarts Maniacs dirigé par Alain Rorive ce qui lui permettra de publier dans un blog collectif quelques-uns de ses dessins.

Jimm participe en mai 2012 au Collectif Les Moutons Noirs, un groupe de dessinateurs qui milite contre l’inceste et la pédocriminalité. Ensemble ils sortiront un livre « Rien vu, Rien entendu » (éditions les points sur les i) sur ce thème très difficile et dirigé par Sandrine Apers. Dans cet album Jim illustre une histoire très dure écrite par Sandrine Ducasse « Maman est une fée ». En novembre 2012 il sort « Le guide du connard » aux éditions les points sur les i, avec son co-auteur préféré Papybic (textes).

En décembre 2012 Jimm participe au fanzine Laurence Coquine jusqu’en décembre 2013 (éditions Tankafair), puis en mai 2013 au fanzine « Mode D’emploi » aux éditions Tankafair. En décembre 2013, mai 2014 et septembre 2014 il publie quelques histoires dans le fanzine strasbourgeois Point Bar BD. C’est en décembre 2012 que Jimm rejoint la grande famille Egoscopic, le collectif de dessinateurs qui se dessinent dirigé par son ami Jérôme Gorgeot. Un collectif à orientation autobiographique. Il est aujourd’hui adhérent de l’association FGH qui fait vivre Egoscopic et les publications d’autres auteurs. Il participe à 9 numéros Egoscopic (éditions studio FGH) et prépare ses planches pour un nouveau numéro dans lequel il racontera encore une fois avec tendresse et humour certains passages marquants de sa vie. En août 2014 Jimm rencontre pour la première fois Bruno Gilson, un de ses Maîtres de la bande dessinée Belge. Il aura même le plaisir de l’accompagner lors d’une séance de dédicaces à Waterloo en Belgique. Un rêve de gosse !

Blog de Jimm

Facebook

EGOSCOPIC – La revue du Studio FGH


 

Quelques œuvres à découvrir